• All
  • A propos
  • activités
  • Autobiographie
  • Non classifié(e)
  • Parutions
Denis Morin Working K EP Vinyle sur Stochastic Releases

 

 ORDER VINYL

Ce travail s’attache à montrer qu’une collaboration à distance, ayant pour but la perfection musicale, est en soi une nouvelle manière de vivre l’art. Cette réflexion, échange de remix en remix, se double d’une recherche sur notre besoin de dégradation; allant parfois jusqu’à la démesure. Ainsi que d’un travail sur la densité des sons d’insectes enregistrés au cours de voyages personnels et des kicks centres vitaux de la musique techno. Au delà l’univers musicale ne nécessitant aucune justification, il continue par ailleur l’entreprise (« autobiographique ») d’exploration d’un imaginaire ailleurs japonais ou chinois… Avec la pratique du « Guzheng » sur gamme Iwato rendu possible par la technologie de sampling. Les balafons, instruments samplés de prédilection, s’invitent encore dans une deuxième version monté techno acide et abstraite. L’ambiance est sombre et bitcrushé, pour cette face A qui commence par le son dense et obstiné du main mix. Elle mute sur la face B dans une brûlure lo-fi, univers lynchien, du remix « dancefloor ready » de la techno violente de Krikor. Cet EP se conclut sur un contre-pied aérien, un retour vers une clarté spacieuse avec cette dernière track de Stewart Brown, dub profond et pièce maîtresse de l’EP, recomposé à partir des éléments non distordu du mix original, comme une ouverture relâché vers l’avenir.

Voici ce qu’en dit très certainement mieux que moi le label Stochastic Releases :

Denis Morin est situé à Grenoble, France. Cette ville est à la fois high-tech et orientée vers la nature, en raison de sa nouvelle histoire et de son emplacement, respectivement.
Ce EP contient 4 pistes, qui sont des versions différentes d’une piste nommée Working K, éponyme de l’EP.
Il y a le mix principal de Denis Morin, qui contient des sons «naturels» échantillonnés tels que les insectes, le guzheng et l’un des kicks les plus lourds de toute la gamme des kicks auxquels vous pouvez avoir accès aujourd’hui. Oui, c’est une déclaration solide. Donc oui ce mix est une bonne réflexion, je pense, de cette ville hybride de Grenoble, si vous venez nous voir vous aurez peut-être cette impression que donne le mix. Il est sombre, brisé, obstiné. Il est long et lourd, il est profond, il est ambiant, il n’est pas ambiant.
Et puis il y a un remix de ce mix principal de Denis Morin: abstrait, progressif, comme une version fantôme du mix principal. Comme ce fameux disque de Burning Spear « Marcus Garvey » et sa version dub « Garvey’s Ghost », vous avez juste besoin des deux.
Sur la face B, vous avez un montage de Krikor, également connu sous le nom de Crack Boy, le maître d’engrenage avec des sons venimeux, des lignes inconfortables, qui nous offre ici une piste lo-fi, « dancefloor ready ». Mais c’est un dancefloor étrange, un dancefloor étouffant humide, sur lequel vous n’avez pas besoin de bouger pour être en sueur, pas besoin de craindre pour avoir peur. Vous n’avez pas besoin de bouger pour danser non-plus.
Et puis il ya la lumière, la brise fraîche, l’ouverture, tel est la piste de Stewart Brown du label « 12th isle ». Cette piste est encore plus profonde que le mix principal lui-même, grâce à un son hi-hat particulièrement résolu et riche. Comme on m’a enseigné à l’école, toute conclusion devrait ouvrir à d’autres idées, et c’est exactement ce qu’il fait. Allons nager ou faire de la randonnée ou rester à la maison comme vous voudrez !  »

Lien du Soundcloud:
Https://soundcloud.com/stochasticreleases/sets/denis-morin-working-k

Wolfswagen – Authentikós Ep sur le label DHMR

 

Wolfwagen est une réflexion sur l’authenticité de la musique dite ethnique à l’heure d’internet et des samplers si parfaits qu’on ne peux plus les distinguer des véritables instruments qu’ils imitent.
D’autant que les facilités d’exécution (dans ce cas le balafon joué sur l’outil Push) rendent tout travail de technique musicale a proprement parlé caduc dès qu’une source d’électricité et un ordinateur sont disponibles.
Laissant place à la composition et au plaisir de l’imaginaire, les pistes se brouillent au profit des démarches et du résultat dans lequel le facteur de la chance et de l’aléatoire ne sont pas négligeable comme le souligne ici l’utilisation des synthétiseur fm et des aléatoires midi.
En espérant que le voyage soit tout de même réussi, aucun label plus que DHMR ne pouvait être la maison d’un tel jet imaginaire de plaisir lancé en dépit des nations et des continents !

 

Autobiographie musicale – l’ellipse viens du cône et produit des récits en spirales

 

La partie esthétique et le pathos inhérent à l’aspect biographique sont présent dans la musique ci-dessous, réalisé lors d’un atelier sur l’autobiographie animé par Alessandro Bosetti. Suivre le lien pour  la description du maître de laboratoire animant cet atelier à propos du déroulement de ce stage, processus qui fut pour moi un vrai « shaker de cerveau » !

 

Intitulé Les noms du père en référence à la conférence de Lacan du même nom, cette création dans le genre du récit autobiographique explore l’entre rire et larmes à travers le langage esthétique techno qui informe l’auditeur des intensités et notamment à travers l’utilisation mesuré et en mesure des kicks qui font échos à la parole, exposant un point de vue momentané et certainement romancé si ce n’est faux (après vérification), un regard à un moment de l’ellipse sur une de ses parties adverse formant le cone :

 

 

Un petit mot qui fait plaisir a ce propos de la part d’un poète et producteur à france culture :

Lui fait suite bien plus tard une prestation musicale vivante performé au Vog le centre d’art de Fontaine, ainsi qu’une nouvelle pièce empruntant toutes deux les paroles et le titre de la conférence de Lacan en question, cette fois-ci orthographié »les non-dupes èrent » parce que justement comme vous pouvez le constatez l’orthographe fluctue et en fluctuant glisse le long de l’ellipse du cône et spiralise le sens (et c’est bien heureux). Une pièce donc de house plus que de techno qui ne devrait pas tarder à être en écoute, à priori sur le Label Micropop Records…

 

Hard House/ Tu rêve pour la compilation de la mezzanine 112 sur le label Posthume records

 

Brut sans concession ce titre fait écho à l’expérience de la rave ou free party, univers qu’Hibou l’auteur de cette compilation et patron du bar la mezzanine 112 à connu a ses débuts. Il fait aussi écho aux invitations renouvelé de ce patron d’exception dans ce bar à l’atmosphère si particulière.

Medusa’s Journey into sound, un ep et une histoire fantaisiste de Lily Cup et Youpidou

 

 

 

Le voyage de Medusa à travers le son  est un album-histoire né du coeur de Lily Cup et Youpidou.
Médusa est une jeune ange déchue, tombée dans notre cosmos par mégarde.
Ici, elle veut surfé sur la vie jusqu’à ce qu’elle devienne sombre et sage comme Sun-Ra. Elle réalise son voyage astral préféré en écoutant des sons venus de sa nouvelle terre. Avec ses oreilles d’ange, elle se voyagera jusqu’à Saturne histoire de voir si Sun-Ra est toujours vivant là-bas. Elle apprendra à créer son propre destin et tentera les dieux avec sa nouvelle réalité.
Mais chaotique est ce cosmos et désordonné sont les interconnexion entre les réalités …

Youpidou remix Silver d’Helium Robot sur le label This Is Music

Mon premier remix pour des artistes pro et un grand label !
En reprenant mes activités sonores par pur loisir et le groupe Helium Robots dont je suis fan me propose de remixer le troisième single de leur album Voltopia qui paraît sur le label londonien This is Music:

Je m’y attelle donc non sans quelque menu erreurs:

 

J’en profite pour expérimenter un maximum puisque l’art du remix d’après des fichiers audio est tout à fait nouveau pour moi, je compose alors sous le logiciel Acid sony studio 7 et propose une autre version plus molle, toujours imparfaite, mais qui garde de son charme et mérite une écoute: